L'APF s'oppose à la possible exclusion d'un de ses adhérents

05.09.2017
Diadie Ba, adhérent à l’APF du Val-de-Marne, est sous le coup d’une obligation de quitter le territoire français (OQTF), sans que sa situation de handicap et sa situation médicale ne soient prises en compte. Atteint de poliomyélite, M. Ba est venu en France, où vit une partie de sa famille, afin de bénéficier des soins nécessaires à son état de santé et de pouvoir vivre dans un environnement digne et adapté. 

Depuis son arrivée en France, en juin 2014, M. Ba est suivi par des spécialistes de l’hôpital Henri Mondor de Créteil pour ses problèmes de santé. Il est également adhérent de l’APF et membre associé du Conseil APF du Val-de-Marne. Dans ce cadre, il est référent d’un comité d’adhérents et nous représente dans plusieurs instances. Au moment même où M. Ba a reçu l’OQTF, il recevait une réponse positive de l’Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées pour l’attribution d’une formation professionnelle lui permettant de travailler en France.

Nous dénonçons cette injustice qui ne prend pas en compte les spécificités médicales et la situation de handicap de M. Ba. Si ce dernier retourne au Sénégal, son environnement sera inadapté à son handicap et tous les soins mis en place seront interrompus. En France, M. Ba pourra continuer à bénéficier des soins dont il a besoin tout en s’impliquant dans la société : par son militantisme pour les droits des personnes en situation de handicap et par sa vie professionnelle grâce à la formation qu’il a obtenue. 

Nous demandons que toute la place à l'humain soit accordée lors de ces démarches aujourd'hui trop administratives. L'état de santé des personnes et les conséquences doivent en effet être prises en compte. Nous demandons également à ce que la situation de M. Ba soit réexaminée en urgence, en prenant en considération sa situation de handicap et l’obtention d’une formation. M. Ba doit pourvoir vivre dignement. 
 
 
Accès aux droits / citoyenneté
Actus