Comité interministériel du handicap : l'APF réagit

21.09.2017

Mercredi 20 septembre 2017 s'est tenu le premier Comité interministériel du handicap (CIH) du quinquennat d'Emmanuel Macron. Son thème, "Vivre avec un handicap au quotien", et la mobilisation du Premier ministre et de la Secrétaire d'État aux personnes handicapée, constituent un signal positif par son approche transversale et inclusive.

Comme nous l'espérions, ce CIH a permis de présenter les premières orientations et décisions du gouvernement à propos du handicap. Certaines vont dans le bon sens, comme la revalorisation de l'Allocation Adulte Handicapé (AAH), les dispositions prises envers l'éducation, l'accessibilité et le logement. Pourtant, d'autres mesures nous inquiètent.

Bien que la promesse d'augmentation de l'AAH soit tenue, les bénéficiaires devront attendre deux ans pour sa concrétisation. Cette revalorisation, portant l'AAH à 900€ en novembre 2019, maintiendra les bénéficiaires sous le seuil de pauvreté et exclura à nouveau certaines personnes. Des injustices que nous dénonçons régulièrement, demandant à ce que soit mis en place un revenu d'existence pour sortir les personnes en situation de handicap de la pauvreté. 

Deux mesures connexes liées à l'AAH nous choquent particulièrement. Le plafond de revenus passerait de 1621,78€ à 1 350€ par mois. La plupart des allocataires de l'AAH vivant en couple perdrait alors une partie de leur AAH (soit 272€ maximum par mois en tenant compte de la revalorisation). Les deux compléments de l'AAH non cumulables (le "complément de ressources" de 179,31€ par mois et la "majoration pour la vie autonome" de 104,77€) seraient également fusionnés, avec un nivellement par le bas. Cela constituerait une perte de 75€ par mois pour les 65 000 personnes bénéficiaires du complément ressources. Pour eux, la revalorisation de l'AAH ne représenterait que 15 euros. Ces mesures sont inacceptables, d'autant qu'elles touchent les personnes les plus lourdement handicapées sans revenus professionnels (plus d'explications sur lexpress.fr).

Nous soulignons également avec inquiétude l’absence d’orientation concernant la prestation de compensation du handicap, pour laquelle nous demandons une prise en charge intégrale. Les besoins d’aide humaine, de financement des aides techniques et d’aménagement du logement figurent parmi les préoccupations majeures des personnes en situation de handicap, selon un sondage IFOP pour l'APF.

Nous réaffirmons donc notre volonté d’être partie prenante des travaux afin d’apporter notre expertise. Nous alertons également le Président de la République et son gouvernement sur la dimension terriblement négative de ces mesures, qui vont à l’encontre de l’ambition affichée de porter la société vers l'inclusion.

Pour en savoir plus, vous pouvez lire l'article du magazine Faire Face : AAH, une hausse de 90 € mais pas pour tout de suite et pas pour tous.

Actus
Politique générale