Qu’est-ce qu’un accident vasculaire cérébral (AVC) ?

Les accidents vasculaires cérébraux (communément appelés "attaques" ou "congestions" cérébrales) sont des complications soudaines d’une maladie vasculaire : arrêt de l’apport de sang (infarctus cérébral) ou rupture d’un vaisseau sanguin (hémorragie cérébro-méningée). Ils sont extrêmement fréquents et représentent la première cause d’invalidité, le plus souvent sous la forme d’une hémiplégie (paralysie de la moitié du corps).

On les rencontre dans deux grands cadres :

  • Chez les sujets âgés : complication d’une maladie des vaisseaux sanguins. Les obstructions, soit par lésion de la paroi des vaisseaux (athérosclérose), soit par thrombose (bouchon fait de petits caillots), sont dues à l’accumulation d’un certain nombre de facteurs de risque : hypertension artérielle, maladie cardiaque, diabète, âge, cholestérol, tabac, pilule, obésité, alcoolisme… Les hémorragies sont provoquées par des poussées d’hypertension artérielle sur des vaisseaux fragilisés.
  • Chez des sujets plus jeunes, il peut s’agir d’hémorragie par rupture d’une malformation artérielle ou artério-veineuse (angiome, anévrisme) préexistante.

La conséquence la plus habituelle et la plus visible est une hémiplégie, plus ou moins sévère après une phase de récupération : 4 sujets sur 5 peuvent remarcher, avec ou sans canne ; les autres utilisent un fauteuil roulant. Mais, même lorsque la marche est possible, l’atteinte de la main peut être importante et invalidante.

Parmi les troubles associés, le plus fréquent et le plus gênant est l’atteinte du langage : soit par paralysie des muscles permettant l’élocution (dysarthrie), soit par atteinte de la compréhension et/ou de l’expression du langage (aphasie), oral et/ou écrit. Ces troubles peuvent constituer le handicap social le plus important.

D’autres atteintes peuvent s’associer : troubles sensitifs (sensibilité) très fréquents sur la moitié du corps paralysée, plus rarement atteinte du champ visuel (hémianopsie : la moitié de l’espace n’est pas perçue), troubles des praxies (capacité à penser un geste ou une séquence de gestes et à les réaliser), de la mémoire, des fonctions dites exécutives (planification, attention, adaptation aux imprévus, contrôle de l’inhibition comportementale…)…

Source : L’accompagnement des personnes handicapées motrices. Dr M. Delcey. Ed. APF 2000. Mise à jour Déc. 2016.

#2017Agirensemble

De juin 2016 à juin 2017

#2017AGIRENSEMBLE

Rendez-vous sur 2017agirensemble.fr

Carte près de chez vous

L'APF près de chez vous

Partout en France, l’Association des Paralysés de France propose un accompagnement individualisé de qualité aux personnes en situation de handicap